Lipoaspiration
Lipoaspiration

La liposuccion

La liposuccion ou lipoaspiration est une technique de chirurgie esthétique qui permet d'éliminer les surplus graisseux par aspiration. La graisse peut apparaître par prise de poids et peut disparaître en totalité ou en partie par un amaigrissement durable et contrôlé.

 

Il existe deux types de graisse :

 

  • La graisse dite «métabolique », qui augmente avec la surcharge pondérale et disparaît avec l'amaigrissement.
  • La graisse dite « de surcharge », ou lipodystrophie, qui persiste après amaigrissement, de façon localisée ou généralisée.

Les graisses localisées

  • La « culotte de cheval » chez les jeunes filles et les femmes
  • Les « poignées d'amour » chez l'homme

Les principales indications de liposuccion

  • Les cuisses (faces externes, faces internes, faces postérieures)
  • L'abdomen, le ventre (au-dessous de l'ombilic et latéralement)
  • La face interne des genoux
  • Les hanches et les poignées d'amour
  • Les fesses
  • La face interne des bras
  • Les bajoues du visage
  • Le «double menton »
  • Les seins, en particulier leur prolongement latéral, axillaire
  • Les coudes et la partie supérieure des avant-bras
  • Les « bourrelets » du dos
  • Les jambes ou mollets
  • Les chevilles.

 

En fait ou en pratique, et selon les habitudes du chirurgien plasticien qualifié en chirurgie esthétique, toute région du corps peut être lipoaspirée ou liposucée.

 

Dans chaque cas, l'analyse de la (des) surcharges(s) graisseuse(s), de la tonicité et de l'élasticité cutanée conditionne l'indication opératoire ainsi que le procédé utilisé et les éventuels gestes associés qui se décident entre le patient et le chirurgien.

Déroulement de l'intervention

1) L'anesthésie

 

Selon les cas et l'importance des zones à traiter, à liposucer, elle peut être :

  • locale, uniquement,
  • locale, approfondie par des tranquillisants administrés par voie intraveineuse,
  • loco-régionale localisée,
  • loco-régionale étendue (péridurale ou rachi-anesthésie),
  • générale.

 

Le choix entre les différents modes d'anesthésie est décidé par vous, le chirurgien et l'anesthésiste.

 

2) L'infiltration

 

Elle fait appel à un mélange de sérum et de xylocaïne adréalinée a 1 %. Elle est réalisée «manuellement » à la seringue ou grâce à un dispositif, elle prépare la lipoaspiration, la facilite, limite le(s) saignement(s) et a un effet antalgique postopératoire.

 

3) L'aspiration ou liposuccion

 

  • Les incisions sont très courtes : de 2 à 4 millimètres.
  • La graisse est aspirée à l'aide de canules mousses, en réalisant un réseau régulier de tunnels qui respectent les vaisseaux, les lymphatiques et les nerfs .
  • Ces tunnels sont réalisés en éventail, s'entrecroisent à deux niveaux de profondeurs profonde et superficielle.
  • La quantité de graisse aspirée est adaptée à la qualité de la peau sous-jacente.

 

4) Les gestes associés

 

Prédominants ou secondaires, ils sont nombreux, et ce de façon isolée ou associée :

 

5) Le drainage

 

Il n'y a pas de drainage de principe mais, dans certains cas ou selon les gestes associés, un drainage est mis en place. Il sera enlevé au bout de 1 à 2 jours.

 

6) La suture

 

Elle est localisée :

  • soit inexistante,
  • soit réalisée par 1, 2 ou 3 points séparés de fil résorbables ou non.

 

7) Le pansement est :

 

  • limité aux voies d'abord (incisions),
  • complété par le port d'un vêtement de contention.

 

Celui-ci sera mis en place soit au bloc opératoire, soit le soir même, soit le lendemain, et ce, selon les habitudes du chirurgien et chaque cas particulier.

Durée de l'intervention de liposuccion

L'intervention est de durée variable : De 15 minutes à deux heures selon la zone liposucée, la quantité de graisse aspirée et les gestes associés.

 

Il n'y a pas de drainage de principe.

 

La durée d'hospitalisation est fonction de la quantité de graisse enlevée et des gestes associés : de quelques heures (ambulatoire) à 1 ou 2 jours.

Les suites opératoires de la liposuccion

Elles sont habituellement simples, mais fonction de la quantité de graisse aspirée.

 

Sont naturels, dans les suites immédiates :

  • Oedème qui disparaitra entre 3 jours et 3 semaines,
  • Hématomes au niveau des zones aspirées, qui se résorbent dans un délai de 10 à 21 jours,
  • Douleurs, d'intensité variable, en général peu importantes et pouvant être traitées par des antalgiques mineurs (de classe l),
  • Fatigue passagère, les 3 premiers jours, surtout en cas de liposuccion importante.

 

Après trois semaines, peuvent exister ou persister :

  • quelques troubles de la sensibilité (dysesthésies),
  • quelques irrégularités des reliefs et/ou de surface,
  • une légère asymétrie, préexistante ou résiduelle.

 

Après trois mois (délai correspondant au temps naturel de la réfraction cutanée et de l'obtention du résultat morphologique) peuvent persister des imperfections de surface ou du (des) volume(s), accessibles à une correction chirurgicale sous anesthésie locale.

Complications possibles

Complications immédiates

 

Entre le jour même et le troisième jour peuvent survenir :

  • Hémorragie traitée par pansement hémostatique,
  • Hématome pouvant nécessiter son évacuation sous anesthésie locale,
  • Inflammation d'évolution naturellement favorable,
  • Infection, prévenue par la prescription d'un traitement antibiotique per et postopératoire.

 

Une éventuelle désunion cicatricielle cicatrise toujours.

 

La complication la plus redoutée est la survenue d'accidents thrombo-emboliques : Phlébite, embolie pulmonaire, traitées par traitement anticoagulant.

 

Complications secondaires

 

Vers la troisième semaine, elles sont inexistantes, sauf en cas de non respect des conseils pratiques et/ou de terrain particulier.

Une phlébite secondaire est toujours possible.

Peuvent persister des imperfections localisées, des irrégularités de surface, une asymétrie résiduelle.

 

Complications à moyen et long terme

 

Entre trois mois et un an, elles sont inexistantes.

Toute imperfection peut être traitée par un geste chirurgical sous anesthésie locale.

Les aléas morphologiques sont liés à la qualité de la peau, son élasticité et sa qualité de rétraction, en partie imprévisible.

Suivi postopératoire de la liposuccion

Au troisième, dixième et vingt-et-unième jour postopératoire.

 

Par la suite, un suivi régulier et un éventuel traitement complémentaire (liposculpture localisée, injection(s) de produit de comblement) permettront la définition du résultat morphologique et esthétique final en conservant la communication et le contact avec le chirurgien.

 

Le résultat est définitif entre 3 et 6 mois, en fonction de la quantité de graisse enlevée et de la qualité de la réfraction cutanée.

Conseils pratiques pour une liposuccion

Avant

  • Stabilité pondérale souhaitable,
  • Motivation réelle,
  • Arrêt du tabac trois semaines avant l'intervention, afin de limiter le(s) saignement(s),
  • Eventuels consultation de phlébologie et examen Doppler veineux des membres inférieurs, afin de juger du risque, pourtant imprévisible, de phlébite.

 

Après

  • Arrêt de travail souhaitable de 3 à 10 jours selon l'activité,
  • Eviter tout mouvement d'étirement brutal,
  • Précautions à prendre lors des relations sexuelles pendant deux à trois semaines,
  • Reprise progressive des activités sportives entre la troisième et la sixième semaine postopératoire, en particulier pour la moto et les sports équestres.