La mini plastie du visage

Il est parfois difficile de s’y retrouver avec toutes les variétés de liftings – ou « plasties ». Dès les premiers signes de décrochement de l’ovale, un traitement chirurgical peut être envisagé d’emblée, pour celles qui ne veulent ni injections ni fils tenseurs.
L’avantage ? Un résultat naturel, pérenne, et grâce aux progrès de la prise en charge chirurgicale, une éviction sociale minime.

L’Instant Miroir

Un matin, vous vous regardez dans la glace de votre salle de bain et vous constatez que votre ovale a commencé à « flouter ». La peau est moins tonique, des bajoues se sont formées. Votre ovale n’a plus sa belle forme aérodynamique et vu de profil, c’est encore plus déprimant ! Vous soulevez votre visage en forme de V avec les mains. C’est mieux, mais pas très naturel. Et pendant des mois, ce petit geste devient presque un rituel. Ça y est ! Vous êtes prête pour une mini-plastie. Mais, à qui parler ? Comment savoir si vous êtes vraiment candidate ? Essayons de répondre à ces questions tout à fait légitimes.

Les marqueurs du premier vieillissement

« C’est vers la quarantaine, parfois même plus tôt dépendant de la morphologie et de la qualité de peau, que les premiers signes du vieillissement apparaissent. La peau semble avoir décroché, les joues se sont creusées et des bajoues apparaissent. Le cou commence à se relâcher », Dr Sydney Ohana.

 

Les sillons nasogéniens et les plis d’amertume font leur apparition autour des lèvres. Sur la partie haute du visage, des rides frontales peuvent créer des débuts de sillons, la queue du sourcil s’affaisser, et les paupières supérieures s’alourdir ou se distendre. Si des injections de toxine botulique sont très efficaces pour lisser la « ride du lion » entre les sourcils, aplanir les rides peu profondes du front et estomper la patte d’oie, il est parfois préférable de recourir à une petite chirurgie pour régler simultanément ces trois manifestations d’un début de vieillissement.

La mini-plastie, une tendance qui revient

La tendance est de commencer par des mini-liftings ciblés selon le problème : un petit lifting temporal pour lisser les rides autour des yeux, remonter la queue de sourcil et la paupière supérieure, ou un lifting médiofacial pour corriger les bajoues, les cernes et les plis nasogéniens, ou encore un mini lift du bas du visage pour corrige l’ovale et le cou.
Plus il est pratiqué jeune, plus il donne des résultats visibles et durables, entre cinq et dix ans selon la qualité de peau, la structure musculaire, et l’hygiène de vie.

Comment ça se passe

Il se fait sous anesthésie générale quoique certains chirurgiens et patients optent pour une anesthésie locale de la face et du cou ou accompagné d’un neuroleptique. Ceci afin de minimiser le plus possible les saignements et les œdèmes.


L’intervention se fait sur les mêmes principes et les mêmes gestes qu’un lifting « classique », mais la peau est décollée à minima, ce qui réduit la période d’éviction sociale.
L’opération se fait le matin avec une sortie le jour même. Les fils sont retirés en deux fois. Une sensation de « peau tirée » persiste pendant quelques semaines. Le résultat acquis se voit au bout de deux mois, une fois le petit œdème résorbé et on peut se montrer dès la première semaine après l’intervention en prenant soin de se maquiller.

 

« La mini-plastie du visage est une très belle opération, avec peu de suites douloureuses. Cette intervention a un taux de satisfaction très élevé et l’on remarque souvent que les patientes modernisent aussi leur coiffure et leur garde-robe », Dr Sydney Ohana

Contactez le Dr Sydney Ohana

Nom
Prénom
E.mail
Téléphone
Message
Télécharger un fichier
Mini plastie du visage, un lifting léger pour minimiser les suites