Les peelings chimiques en médecine esthétique

I – Définition et but

 

Le peeling consiste à appliquer une substance chimique sur la peau dans le but de provoquer une destruction limitée et contrôlée de l’épiderme et des couches superficielles du derme afin d’améliorer certains désordres pathologiques ou esthétiques.

 

La régénération cutanée s’effectue soit :

- à partir d’ilots de keratocytes résiduels pour les peelings superficiels

- à partir de l’annexe cutanée pour les peelings moyens et profonds

II – Rappel sur le vieillissement de la peau

 

a) Sur le plan histologique on note :

 

• Un amincissement de l’épiderme avec l’horizontalisation de la jonction dermo-épidermique.

• Une baisse de la faculté germinative des cellules de la couche basale avec diminution du renouvellement cellulaire.

• Une altération de l’hydratation due à la déficience de la barrière cutanée.

• Une hyper kératinisation de l’épiderme

• Une hyperpigmentation

• Une diminution des fibroblastes, des fibres de collagène, des fibres élastiques, des cellules de langerhans et de l’acide hyaluroniques.

•  Une perte globale de l’élasticité et la fermeté de la peau induite par les modifications de structure amorphe et fibreuse du derme.

 

b) Sur le plan clinique (physique) :

 

Le vieillissement se traduit par

• Un amincissement de la peau

• Une perte de tonicité et d’élasticité

• Une peau rugueuse, jaunâtre et

• Des ridules fines aux rides profondes

• Une perte des volumes

• Des lésions bénignes : kératite séborrhéique, angiomes, troubles de la pigmentation (tâches brunes), lentigo solaire et diminution du potentiel de cicatrisation.

III – Effet du peeling chimique sur la peau

 

Les peelings chimiques permettent :

- une normalisation de la kératinisation.

- Une stimulation du renouvellement cellulaire (amélioration de l’uniformité de la couleur, peau plus jeune et brillante, atténuation des rides).

- Une hydratation.

- Stimulation du derme avec augmentation des fibres de collagène, des fibres d’élastine et substance fondamentale.

- Épaississement et amélioration de la texture du derme.

- Inhibition des radicaux libres.

- Rajeunissement de la peau.

IV – Indications des peelings chimiques

 

- Teint terne, pores dilatés, rides et ridules, peau sèche.

- Héliodermie (lentigo, kératose acnéique, teint jaunâtres, rides et ridules)

- Cicatrices déprimées.

- Acné retentionnelle.

- Peau rugueuse.

- Peau grasse.

- Tâches brunes.

V – Contre indications

 

- Grossesse.

- État général altéré, diabète déséquilibré.

- Traitement par roaccutane (arrêter depuis un an au moins).

- Plaies ouvertes.

- Prudence en cas de peux très brunes avec phototype 3 et 4.

- Dermite atopique.

- Herpès facial en poussée.

VI – Les différents peelings chimiques

 

Selon les indications on distingue :

 

a) Les peelings superficielles

 

Produits utilisés :

 

- TCA (acide hyaluronique) 10 à 25%

- Acide glycolique

- Gel de Jeisner (Résorcine)

- Neige carbonique

- Azote liquide

 

Indications :

 

 

Déroulement du traitement :

 

Après une consultation qui permet de définir le type de lésion de la peau (vieillissement, keratite, tâches brunes etc.), on choisit le type de peeling. Les plus utilisés pour le rajeunissement de la peau et le coup d’éclat sont l’acide glycolique et le gel Jeisner.

 

Le patient est allongé, les cheveux ramassés, les yeux démaquillés et fermés.

 

En premier lieu, on procède à un nettoyage de la peau avec une solution pré-peel pour l’acide glycolique. On utilise de l’alcool ou de la chlohexidrine pour les autres peelings.

 

Le peeling est ensuite appliqué de façon homogène sur l’ensemble du visage (sauf s’il existe des zones irritées).

 

On surveille étroitement la réaction de la peau.

Dès l’apparition des premiers signes spécifiques à l’un ou l’autre des

peelings.

 

Le patient ressent des picotements ou de légères brulures, tout à fait supportables.

 

Après 1 à 3 min d’application selon les cas, on neutralise le produit soit avec une solution spécifique, soit bicarbonatée, soit de l’eau simplement.

 

Une crème réparatrice est ensuite appliquée.

 

Il faut 4 séances, espacées de 15 jours, pour rajeunir la peau.

 

Suites au peeling :

 

- Légères rougeurs (24 heures)

- Des desquamations fines après les 4°-5° jour qui dure 2 jours.

 

Traitement après le peeling :

 

- Crème réparatrice type « biafine » ou « cicalfate lotion »

- Crème écran total (photo-protection)

 

b) Les peelings moyens

 

Produits utilisés :

 

- Acide trichloracétique à 30%

- Acide glycolique à 70%

 

Indications :

 

- Peau fanée

- Rides et ridules

- Teint terne

 

Déroulement du traitement :

 

Traitement de préparation (pré-peeling) :

 

- Application 1 mois avant le peeling d’un crème à base de vitamine A ou d’acide de fruit associée à un produit dépigmentant (aide à prévenir des rebonds pigmentaires).

- Écran total

- Traitement anti-herpès

 

c) Les peelings profonds

 

Produits utilisés :

 

- TCA

- Phénol

 

Indications :

 

- Rides profondes

- Cicatrices d’acné

- Phototype : I et II Meilleurs indication (peaux claires)

- Peau fripée

- Peau atone

- Peau rugueuse

 

Contre indications :

 

- Photo type IV – V – VI (les peaux brunes)

 

Déroulement du traitement :

 

Le peeling profond nécessite une préparation avant le traitement pour éviter des troubles de la pigmentation.

 

Le peeling profond peut s’effectuer soit sur l’ensemble du visage, soit sur une partie seulement, plus fréquemment sur la lèvre blanche, le menton et les paupières inférieures.

 

Pendant le traitement :

 

- Patient allongé, démaquillé, cheveux ramassés, les yeux fermés.

- Nettoyage de la peau du visage avec de l’alcool.

- Application de la solution de TCA de façon homogène

- Après quelques minutes, on note un blanchiment homogène de tout le

visage.

- Application de compresses mouillées.

- Crème réparatrice

 

Le patient ressent une sensation de brûlures.

 

Suites post-peeling :

 

- Œdèmes

- Rougeurs

- 4ème jour : la peau prend une couleur brunâtre

- 6ème jour : desquamation

- 8ème jour : peau lisse et rosée

- 8ème – 12ème jour : un traitement postopératoire est obligatoire

- Crème réparatrice (cicalfate)

- Vaseline

- Après le 8ème jour mettre de l’écran total.

 

Pour les peelings au phénol :

 

- Nettoyage de la peau avec de l’alcool, puis dégraissage avec de l’acétone.

- Application sur les zones à traiter du phénol adjuré.

- Une anesthésie locale au préalable est nécessaire.

- Obtention d’un blanchiment homogène.

- Mise en place de bandelettes afin d’obtenir un effet semi-occlusif.

- Dès le lendemain, on ôte les bandelettes et on saupoudre toute la région avec de la poudre de thymol iodée qu’on laisse en place pendant 6-7 jours.

- Application de vaseline pour ramollir et faire tomber ce masque.

- Après nettoyage la peau a un teint rose vif.

- Utilisation de pulvérisation d’eau minérale et application de pommade grasse ou de cicalfate ce qui évite les croûtes et permet une meilleure cicatrisation.

- L’épidermisation est obtenue vers le 10° ou 12° jour.

- Ne pas oublier de bien protéger la peau du soleil.

 

Complications :

 

- Troubles pigmentaires

- Troubles de la cicatrisation

- Ectropion

- Infections (rare)

- Allergies (rare)

 

Pour en savoir plus, consultez également la page des peelings sur notre site.

Contactez le Dr Sydney Ohana

Nom
Prénom
E.mail
Téléphone
Message
Télécharger un fichier
Captcha anti robot :
Ce site utilise des cookies et vous donne le contrôle sur ce que vous souhaitez activer
Les peelings chimiques en médecine esthétique